Je trouve absurde de voir des organisations dites créatives et des grands médias utiliser des hashtags inintelligibles. Je les observe trop souvent perdre des opportunités marketing d’envergure avec leurs hashtags remplies de chiffres et de lettres, sans aucun sens et que tout le monde oublie venu le temps de les utiliser.

J’ai donc décidé de vous donner mes conseils pour ne pas que vous fassiez pareil en croyant que ce sont des bonnes pratiques. Notez d’ailleurs que ce n’est pas parce que ce sont de grandes agences qui ont fait des recommandations sur le sujet que ce sont de bonnes idées, non plus… (Voir la fin de ce billet.)

Faire un hashtag en 5 points :

  1. Passez un message avec le mot ou l’expression clée : Si votre événement est couru, votre hashtag risque de se retrouver dans la zone de tendances à droite sur Twitter, vu, par une région entière, un pays et parfois même, le monde. Il s’agit donc d’en profiter pour passer un message ou faire rayonner une image de marque. À ce sujet, penser que ceux qui le verront, ne sont pas des internes à votre projet et risquent de ne pas savoir que, MTL veut dire Montréal ou que GGI veut dire « grève générale illimitée »…
  2. Soyez facile à mémoriser : Le nombre d’hashtags que je n’utilise pas, simplement parce que je ne me souviens plus de leur nomenclature venue le temps de l’ajouter à mes tweet est faramineux… Des underscores n’importe où, des séries de lettres, des ajouts de chiffres et, etc., sont à éviter absolument ! #KCLMNOP
  3. Ne pas ajouter la date de l’an passé : Sérieux… POURQUOI tout le monde fait ça ?? C’est inutile et grotesque. Voir que des tweets de l’an passé se mêleraient tout à coup dans la conversation ? A-t-on tellement besoin de rappeler l’année en cours que ça vaut la peine de se couper de 2 à 4 caractères de conversation pour ça ? C’est vraiment une espèce de mode ridicule pas assez remise en question si vous voulez mon avis. C’est non. N’ajoutez pas de dates à vos hashtags officiels!
  4. Le plus court possible : Laissez assez de caractères pour discuter, à vos interlocuteurs, autrement vous risquez qu’un autre hashtag plus court émerge pour faciliter les conversations.
  5. Call to action : Évidement si vous êtes capable d’ajouter un aspect « call to action » à votre hashtag ça peut-être un plus intéressant. Mais évidemment il faut voir les priorités. Branding ? Longueur ou call to action ? À vous de choisir si vous ne voyez pas comment faire les 3 en même temps. #participeàcebillet #poselabonnequestion

Bref, le hashtag de #C2M16 répond pas mal à tous les critères pour figurer comme contre exemple sur le sujet. À part la longueur…

Même le Huffington post a utilisé un autre hashtag et moi même j’ai dû aller le googler parce que je ne m’en souvenais plus. C’est dire comme la maitrise de la chose semble peu répandue même chez les grands créatifs ! #fail

C2
Commentaires